dimanche 28 juin 2020


Hier avait lieu le 1er Salon Virtuel de la Généalogie. A cette occasion, notre association Geneatech avait lancé deux défis d'écriture pour les blogueurs.
- Un Cadavre exquis
- Un Challenge #2706

Ce dernier était simple, rédiger en 100 mots un article sur un ancêtre ayant vécu un événement particulier un 27 Juin, date du salon. Et tous ces articles ont été regroupés dans un padlet dédié.

Le travail et le manque de temps m'ont empêché de participer à ce challenge d'un jour. C'est dommage, car j'aurais pu vous parler de la naissance de Jean Guegan ou Pierre Kermen, ou bien du mariage de Pierre Bogros & Antoinette Chassagne ou celui de Jean Morvan & Marie Le Bonte.

Mais nous sommes le 28 Juin. C'est ce jour il y a 47 ans qu'est née la Sosa n°3 de mes deux garçons. Elle que j'ai commencé à croiser il y a 42 ans.

En cette belle journée, je nous offre 7 minutes 20 de paysages superbes sur notre belle planète avec une musique qui ne l'est pas moins.




Musique "Primavera" de Ludovico Einaudi, compositeur et pianiste italien.

dimanche 3 mai 2020


Tout est parti d'un tweet rédigé le 2 Mai par @Geneanantes 


Les discussions ont assez rapidement sur la notion d'étiquette (ou tags) dont on a pu voir quelques exemples dans Mac Family Tree ou Gramps.

Il semble qu'il existe une fonction méconnue ou en tout cas pas assez mise en avant dans Heredis : les rubriques personnelles.

Jusqu'à la version 2018, il était possible d'associer une ou plusieurs rubriques à un individu. Ces rubriques étaient au nombre de 13, pour répondre au standard Gedcom. On pouvait les utiliser pour indiquer pour un individu son niveau d'éducation, sa religion, sa santé etc...
13 et pas une de plus.
Autre inconvénient, une fois que l'on décidait d'utiliser une rubrique individuelle pour une personne de son arbre, l'intégralité des individus présents dans l'arbre se voyait attribuer cette rubrique avec un champ vide bien entendu.

A la sortie de la version 2018, comme à mon habitude, j'avais rédigé un article relatant les différentes nouveautés de ce nouvel opus.

Premier intérêt, ces rubriques sont vraiment personnelles. On les associe à une personne sans automatiquement l'ouvrir pour tous.
Il est également possible de dater ces rubriques. Très utile pour les cas de conversion religieuse (forcée ou choisie), pour un état de santé qui va forcément varier dans le cours de sa vie, etc...
On peut aussi ajouter une note ou une source.

Et en reprenant mon billet, je me suis aperçu que j'avais oublié la partie la plus importante. Elles ne sont plus limités à 13. Et sont paramétrables. 

Voici un exemple pour mon usage.

Mes recherches généalogiques se concentrent sur l'ascendance de mes deux garçons. En plus des sosas, je renseigne également les frères et soeurs, leurs éventuels conjoints et parfois les enfants de ces frères et soeurs.
Pour faire cela, je m'appuie sur différents relevés, notamment ceux du CG22, avec comme outil, leur moteur de recherche Corail Net.
Il dispose notamment d'une fonction de recherche par couple.

Vous renseignez les noms et prénom d'un couple, une plage de date sur 1 siècle et vous pouvez lancer une recherche sur l'ensemble du département.
Dans le meilleur des cas, vous avez:
- Le mariage du couple
- Le décès des deux conjoints (souvent un seul, le premier qui décède)
- La naissance de tous leurs enfants
- Les mariages de ces mêmes enfants
- Les décès des enfants en bas age, et ceux des adultes quand les parents sont nommés sur les registres (donc plutôt sur l'Etat Civil, beaucoup plus rarement sur les Registres Paroissiaux)

En gros, une machine à trouver des actes.

Une fois traité, j'ai besoin de mémoriser le fait que j'ai lancé la recherche sur Corail Net, pour éviter de me reposer la question dans 3 ans. 
C'est là qu'intervient la rubrique personnelle.

Dans la fiche de saisie d'un individu, à coté de l'onglet Unions où l'on va retrouver les différents conjoints, vous avez un onglet Rubriques Personnelles

Un clic sur le + vous permet d'afficher les rubriques à votre disposition, qu'elles soient déjà utilisées ou pas.
Parmi celle-ci, vous avez une rubrique générique comme on le voit sur le fichier exemple ci-dessous

Rubriques personnelles - Heredis 2020

 Sélectionnons cette rubrique générique, et une fois affichée dans la liste, double-cliquons dessus.

Une fenêtre apparaît permettant de changer le libellé de Rubrique Générique en ce que vous voulez. Ici, je vais saisir Traitement Corail


 
Une fois fait, il me suffit alors d'indiquer Oui dans la description, ou toute autre info que je souhaiterais avoir apparaitre.

Ces informations sont alors présentes dans la fiche de saisie de mon individu. La petite puce bleue au niveau de l'onglet Rubriques Personnelles permet de voir immédiatement qu'il y a quelque chose dedans.



Et si maintenant, je cherche à savoir, parmi mes sosas, ceux qui ont reçu ce "traitement", il me suffit d'aller dans la recherche intelligente.
La partie Rubriques personnelles présente à la fois les rubriques pré existante avec le logiciel mais aussi toutes celles que j'ai créé. Le filtre au niveau de la lignée Sosa me permet de réduire ma recherche.


Cette recherche peut ensuite être éditée sous forme de liste paramétrable ou autre.

Cette rubrique "Traitement Corail", je l'affecte à chacun des conjoints, car l'un des deux a pu se remarier et doit donc faire l'objet d'un nouveau traitement.

J'espère que vous y verrez aussi d'autres possibilités puisque pour répondre à la demande initiale, je pourrais utiliser ces rubriques pour saisir les Mort Pour La France et ensuite, via la recherche intelligente, sortir la liste complète depuis mon fichier. Et faire de même pour tout type de rubrique (Poilus 14/18, Armée Napoléonienne comme le suggérait @lodeetwit, a fait l'objet d'un article sur un blog, avec dans la note, le lien du blog, etc...)

Des échanges qu'il y a pu avoir autour de ce sujet, il y a bien sur quelques écueils et qui me feront dire que l'on ne peut pas forcément parler d'étiquette dans Heredis :

- on ne peut pas indiquer la présence de cette rubrique autrement que dans l'onglet Rubriques personnelles
- on ne peut pas lui affecter une couleur ou une forme particulière
- les rubriques s'appliquent aux individus. Donc pas d'étiquettes ou tags sur un lieu ou une source.

A cela, je dirais deux choses : les notes (événements, lieu, source...) sont une bonne source de recherche. Et qu'il est toujours possible de faire des suggestions à l'éditeur. ;-)



 

vendredi 1 mai 2020


Aujourd’hui, un article en forme de cheminement intellectuel avant d’intégrer des informations dans mon arbre. Je le publie, en espérant que mes lecteurs sauront peut-être voir la faille dans le raisonnement.

Mon point départ :  Un mariage le 24 Novembre 1744 à Pont-Melvez entre Jacques Herve et Jeanne Hamon. Lui est fils de Yves et Marie Guillou. Jeanne est fille de défunts Yves et Guyonne Le Chevoir (un couple de mes sosas). 

1720 - Mariage de Jacques Herve et Jeanne Hamon à Pont-Melvez - AD 22 - 5 Mi 359

Là-dessus, pas de problème allez vous me dire, tu n’as qu’à saisir l’acte dans ton logiciel et le tour sera joué.
Malheureusement, c’est là qu’apparait le problème. Le couple Yves Hamon et Guyonne Le Chevoir a non pas une, mais deux filles prénommées Jeanne. La première née en novembre 1698, et sa sœur 18 mois plus tard en mai 1700. La question se pose : quelle Jeanne s’est mariée en 1744 ?

Couple Yves Hamon et Guyonne Le Chevoir et leurs 7 enfants
 
La question va s’obscurcir un peu plus (ou pas), car l’acte de mariage en 1744 comporte une information également très intéressante pour un généalogiste, Jacques Herve est veuf. Sa précédente épouse s’appelait aussi Jeanne Hamon !

Vous me voyez venir avec mes gros sabots : Jacques Hervé a épousé la sœur ainée, puis a épousé la cadette. C’est bien mon hypothèse et je tente de l’étoffer ici.

La première chose que j’avais faite à l’époque de la saisie des naissances des enfants d’Yves et Guyonne et que j’ai refaite dans le doute cet après-midi : rechercher le décès éventuel de la Jeanne de 1698. Sur les registres BMS de Pont-Melvez, aucune trace. Et une recherche sur les relevés du CG22 me donne la même information. Pas plus d’un décès entre 1700 et 1710. Je suppose donc qu'elles ont passé la barrière de l'enfance.

Par contre, j’ai bien en novembre 1720, toujours à Pont-Melvez, un mariage de Jacques Hervé, de Plésidy (à moins de 15km de Pont-Melvez), mais habitué de la paroisse de Pont-Melvez et Jeanne Hamon, fille de Yves. Mais sans mention du nom de la mère de Jeanne. Qui ne pourrait de toute façon pas assister au mariage de sa fille, si c’est bien elle, car Guyonne est décédée en février 1719.
Le souci, c’est que Yves en Bretagne, en tout cas, sur cette zone des Côtes d’Armor, c’est LE prénom masculin. Et donc des Yves Hamon contemporains sur la même zone, comment dire, il y a en a pas mal.

Je suis tout de même parti du principe que cette Jeanne Hamon était la Jeanne n°1 du couple, qui aurait donc 22 ans.
Les relevés du CG22, que je n’ai pas encore intégrés dans mon arbre donnent à ce couple Jacques Herve et Jeanne Hamon n°1 au moins 6 enfants : Guillaume, Anne, Françoise, Jeanne, Yves et Joseph, tous nés avant 1744. Pour la naissance de certains, le lieu dit indiqué est Quilliac à Pont-Melvez. C'est là que décéderont Jacques et sa seconde épouse comme nous allons le voir plus bas.

Carte de Cassini - Pont-Melvez (entouré à gauche) et Plésidy (entouré à droite) - Soulignés Kerfubu et Quilliac

Pour que Jacques Hervé épouse Jeanne Hamon n°2, il faut donc que Jeanne Hamon n°1 décède avant Novembre 1744. Et effectivement, sur les 10 années qui précèdent le mariage, il n’y a qu’un seul décès relevé d’une Jeanne Hamon: le 8 juin 1743. Cette Jeanne est dite avoir environ 50 ans, mais malheureusement, aucun des présents ne porte le patronyme Herve.
Les relevés du CG22 apportent toutefois d’autres informations, notamment les mariages de certains des enfants du couple Jacques Herve et Jeanne Hamon. Et ils permettent de restreindre la période de décès de Jacques Herve entre février 1756 puisqu’il est présent au mariage de son fils Joseph avec Jeanne Le Cabellec et Janvier 1761 puisqu’il est dit décédé au mariage de son fils Yves avec Charlotte Le Moal.
Et sur cette période, on retrouve effectivement à Noël 1759, le décès de Jacques Herve où sont présents : Guillaume, Yves et Joseph, ses 3 fils. Jacques a 61 ans.

Dernier élément en ma possession, c’est le décès de la Jeanne n°2. Il intervient en juin 1777. Elle est dite veuve de Jacques Herve et sont présents : Guillaume, Yves et Joseph Herve, ses enfants d'après le curé de Pont-Melvez. Elle a environ 80 ans.
Il s’agit bien entendu de ces beaux-fils, puisque que Jeanne n°1 soit sa sœur ou pas, Jeanne n°2 n’est pas la mère de Guillaume, Yves et Joseph, mais leur belle-mère.

J’ai parcouru d’autres généalogies en ligne, notamment sur Geneanet. Certains donnent comme parents à Jeanne n°1, Yves et Guyonne Le Chevoir comme moi.
D’autres donnent un autre couple Yves et Marie Guillou, tous les deux vivants en 1720.
Les deux peuvent être bons, mais l’indice qui me donne la préférence sur le premier est le décès de Guyonne en 1719, l’année qui précède le mariage de Jeanne, alors mineure. Il n’est pas rare que le père marie alors rapidement sa fille Jeanne n°1 pour garder avec lui la seconde qui tiendra la maison.

J’espère que vous avez réussi à me suivre dans mes pérégrinations et n’hésitez pas à me faire vos commentaires.

Précision : j'ai surligné le lieu-dit Kerfubu qui est celui indiqué sur l'acte de baptême de Guillaume Hamon, le frère ainé des deux Jeanne. Pour les autres enfants du couple Yves Hamon et Guyonne Le Chevoir, lorsque le lieu-dit est indiqué, c'est celui de Quilliac. Celui où vont vivre Jacques Hervé, ses enfants et ses deux épouses successives.

mercredi 25 décembre 2019


Je pensais que mon article sur mes objectifs 2020 serait le dernier de l'année...et bien non.

Après avoir profité d'un repas familial, et d'avoir rangé la maison après leur départ, me voila derrière l'écran, à lire quelques articles sur le #SosaNoel pour basculer dans mon fichier généalogique à la recherche d'informations sur mon seul objectif de l'année : rédiger des articles pour mon Sosa2020.
Le chemin vers ce Sosa encore inconnu passe par Marie Jeanne HENRY, épouse de Marc LE BIZEC.

Les relevés du CG22 m'ont permis de trouver leurs différents enfants, dont Jacques, ainsi que le décès de ce dernier.

Décès de Jacques Le Bizec - 25 Décembre 1870 - AD 22 - 5 Mi EC 303
Clin d’œil du hasard, Jacques est décédé le jour de Noël 1870. Il est alors soldat au 26 régiment de ligne. L'information, reportée sur le registre de la commune de Saint Connan (Côtes d'Armor) de l'année 1872 est issue de l'extrait mortuaire délivré par le maire de Cherboug.

Voila une nouvelle énigme dans mes recherches du #Sosa2020.

dimanche 22 décembre 2019


Je n'ai même pas osé parler de bilan généalogique pour l'année 2019, tant j'ai l'impression de ne pas avoir fait grand chose en matière généalogique.
Je préfère donc plutôt évoquer l'année à venir, même si les paramètres qui m'ont empêché de beaucoup rédiger cette année ne vont pas disparaitre.

En plus de mes recherches personnelles, que je mène quand j'ai un peu de temps, je vais rester sur 2 objectifs simples, qui vont me permettre, je l'espère, d'alimenter ce blog qui a connu trop peu d'articles cette année.

Le premier, qui sera simple à tenir, va consister à vous présenter les nouveautés des outils d'Heredis, si tant est qu'une nouvelle version sorte en 2020.

Le second ne sera pas non plus très original, puisque quelques blogueurs l'ont déjà annoncé, comme Delphine, pour suivre une interrogation de la FFG: Qui est votre sosa 2020 ?

Pour être logique, et une fois n'est pas coutume, je ne vais pas partir de l'un de mes enfants, puisque je vais tenter de répondre à la question : Qui est mon sosa 2020 ?

En suivant le tracé établi par Thomas (@Val_Tho), voici la liste des personnes concernées:


1 – génération 1 : Ma pomme

3 – génération 2 : Ma maman

7 – génération 3 : Ma grand-mère maternelle

15 – génération 4 : Léocadie HAMON

31 – génération 5 : Philomène LE BIZEC

63 – génération 6 : Marie Jeanne HENRY

126 – génération 7 : Jacques HENRY

252 – génération 8 : Jacques HENRY

505 – génération 9 : Jeanne LE GALL

1010 – génération 10 : Bertrand LE GALL

2020 – génération 11 : ? LE GALL


Je pourrais certes écrire sur ma grand-mère dès à présent, mais comme j'ai en tête un Challenge autour de mon grand-père maternel, et que son épouse y tiendra forcément une place de choix, je vais passer le tour pour cette fois-ci. Je vais donc me lancer à partir de Léocadie HAMON pour tenter de retrouver le père de Bertrand LE GALL.

Huit personnes, pour lesquels je vais tenter d'écrire chaque mois en espérant tomber sur quelques documents intéressants. L'année 2020 nous le dira.

Une dizaine d'articles potentiels, et avec un peu de chance, quelques trouvailles autour de mon Challenger G10, au point mort depuis trop longtemps. 

Les voila ajoutés dans ma liste des Favoris sous Heredis, que les recherches commencent !

 



dimanche 17 novembre 2019


Cela fait maintenant quelques années qu'Heredis a intégré un lien avec OpenStreetMap (OSM), le projet de cartographie qui vise à créer une immense base de données cartographique, totalement libre (source Wikipedia).

Pourquoi pas Google Maps me direz vous ? Ou Geoportail ? Tout simplement parce que ces deux bases sont actuellement payantes, dès lors qu'un usage commercial en est fait. Il semble que Geoportail devrait verser ses données en 2020 ou 2021 dans le cadre du projet d'Open Data du gouvernement, mais c'est une autre histoire.

Comme je l'ai écrit sur mon article consacré à la sortie d'Heredis 2020, OSM a un énorme avantage, vous pouvez le mettre à jour vous-même. C'est aussi son principal défaut. Vous pouvez le faire, mais n'importe qui d'autre peut le défaire.
Heureusement, comme pour Wikipédia, les erreurs manifestes sont assez rapidement corrigées.

J'ai de la chance sur mes communes de Bretagne, les contributeurs bretons d'OSM ont largement intégré les lieux-dits au niveau des communes faisant partie de ma généalogie (avec le petit travers d'indiquer parfois uniquement le nom breton, auquel cas, j'ajoute le nom en français).

Pour le Puy de Dome, c'est moins évident. J'ai parfois quelques lieux-dits, mais pas tous, voir pas du tout. Qu'à cela ne tienne, je n'ai qu'à faire la mise pour que le lendemain matin, je retrouve l'information disponible dans Heredis.

Alors, comment faire ?

Première chose: Se connecter à OpenStreetMap
Seconde chose: Se créer un compte (je passe cette étape totalement classique pour un site web)

Nous pouvons alors passer à la phase de localisation, que je vais détailler en prenant l'exemple de La Tour d'Auvergne, dans le Puy de Dôme.

Comme on peut le voir ci-dessous dans Heredis 2020, j'ai noté plusieurs subdivisions au gré de mes saisies depuis ces 10 dernières années.


Heredis 2020 - Dictionnaire des lieux
Aucune des subdivisions n'est actuellement géolocalisé (on y voit que les champs Latitude et Longitude sont vides).
J'ai également plusieurs doublons, que je traiterais plus tard.

Je vais me focaliser sur la première d'entre elles, Auzat, qui n'existe pas actuellement dans OSM.
Pour m'aider à la localisation des lieux-dits absents d'OSM, je m'appuie sur l'ancien outil d'Heredis : La France à la Loupe. Qui permet d'afficher à la fois la localisation des lieux-dits, mais aussi les cartes de Cassini.

Carte issue de la France à la Loupe juxtaposée avec la carte OSM dans Heredis 2020

J'ai mis en surbrillance les lieux-dits de Mezerat et Fereyrolles, à la fois sur Heredis 2020 et dans la France à la Loupe.
On peut s'apercevoir qu'un certain nombre de lieux-dits sont absents dans OSM par rapport à ce qui existe réellement (les données de la France à la Loupe sont issues de l'IGN).

Passons maintenant à leur ajout dans OSM.

Carte de la Tour d'Auvergne dans OSM

En haut à gauche, on trouve un bouton Modifier, sous forme de liste déroulante, qui propose 3 modes de modification. Pour ma part, j'utilise le premier "iD", car il est intégré au navigateur Internet, je n'ai donc rien à installer.






Je bascule alors sur une carte en mode Modification. Il faut zoomer pour atteindre un niveau de détail suffisant pour qu'OSM vous autorise à ajouter tout type d'élément sur la carte.



La ligne en jaune que l'on retrouve sur la copie d'écran ci-dessus est une route nommée Auzat. La France à la Loupe m'indique qu'il s'agit d'un hameau constituée de 2 à 3 habitations, ce qui me permet de positionner au mieux la localisation.
Je sélectionne alors le choix "Point" (au dessus de la carte, à gauche de Ligne (pour définir des routes) et Polygone (pour définir des zones délimitées).
Sur la partie gauche, OSM me propose plusieurs choix. Le premier d'entre eux est Lieu-dit ou Hameau, car je ne saisis que cela et OSM se souvient de mes derniers choix.



Je peux alors saisir le nom du lieu-dit concerné. Vous pouvez ensuite saisir toute information qui serait en votre possession.

Dernière chose à faire avant de fermer, pensez à bien sauvegarder vos saisies (en haut à droite, vous trouverez le menu Sauvegarder.

OSM vous demandera alors de saisir un commentaire indiquant les raisons des modifications apportées. Pour ma part, vous verrez que j'ajoute toujours le même type de commentaire.



Le tour est joué. Demain matin, si je rouvre Heredis 2020, que je vais dans mon dictionnaire des lieux sur la Tour d'Auvergne, que j'ouvre l'onglet Subdivisions et que je clique sur "Auzat", Heredis devrait me le retrouver et me proposer d'ajouter les coordonnées géographiques à ma subdivision existante.
Vous pouvez d'ailleurs en profiter pour les vérifier (vous pouvez trouver sur Internet une base de données des lieux-dits et des voies ; la base Fantoir. Merci à @guepier92 pour le rappel).
Personne n'est à l'abri de faire une erreur de localisation.


Après un échange avec @PellePioche sur Twitter hier, je précise que si demain quelqu'un vient modifier ce lieu-dit Auzat pour le déplacer sur la carte, cette modification ne sera pas reportée sur Heredis 2020. Vous restez à tout moment maitre de vos données.

N'hésitez pas à faire un peu de mise à jour, même si certains lieux-dits ne sont pas dans votre fichier. Cela servira la communauté, qu'il soit d'Heredis ou de tout autre outil utilisant la base OSM.


jeudi 14 novembre 2019


Heredis en a fait l'annonce il y a quelques semaines dans sa newsletter de rentrée, LA nouveauté d'Heredis 2020 a un nom : Le Monde à la Loupe.

Si vous êtes un ancien utilisateur d'Heredis, vous avez peut-être fait l'achat il y a bien longtemps d'un logiciel, qui est toujours installé sur mon PC, avec un icône juste à coté de celui d'Heredis, la France à la Loupe. Et bien, le Monde à la Loupe, c'est l'intégration dans Heredis d'un module dédié reprenant le même schéma que la France à la Loupe.

Ce nouveau module se couple d'une demande depuis longtemps exprimée, disposer d'un dictionnaire des subdivisions dans Heredis.

Le Monde à la Loupe se décompose en deux parties:

Une nouvelle répartition géographique, version améliorée de celle déjà existante. On y retrouve bien entendu les listes d'individus et de lieux, avec les mêmes types de filtres. On y retrouve également les modes de représentation par densité et par période, auquel s'ajoute un nouveau mode : par génération.

Toute la différence intervient quand on se trouve sur la liste des lieux et que l'on double-clique sur l'un de ceux ci. Sur Heredis 2019, rien ne se passe. Sur Heredis 2020, nous basculons sur l'autre onglet du Monde à la Loupe, baptisé Lieu à la Loupe.

Petit tour des lieux :


Dans le volet détail, on retrouve les principaux éléments administratifs, issus d'Internet (principalement Wikipédia). On découvre également un bouton "Contribuer à OpenStreetMap", je vais y revenir dans un instant.

Car c'est le second onglet qui qui m'intéresse tout particulièrement, celui baptisé "Toponyme".


On retrouve ici tous les toponymes présents dans la base OpenStreetMap, qui est l'outil de cartographie utilisé par Heredis. Cet outil présente l'énorme avantage d'être une base collaborative. Il vous suffit de réaliser une mise à jour d'informations sur la base commune pour que celle-ci se retrouve dès le lendemain sur votre outil Heredis.
Et cette énorme avantage est aussi son principal inconvénient. Car si une personne vient ajouter des informations farfelues dans la base, et bien, vous les retrouvez aussi dans Heredis. Gageons que la nature et le contrôle humain permettront d'avoir des informations fiables à 99,9%.

Pour ma part, j'ai de la chance, car pour mes communes des Côtes d'Armor, la quasi totalité des toponymes sont déjà présents dans la base.
C'est beaucoup moins le cas pour mes communes du Puy de Dôme. Je vais donc me lancer dans la mise à jour sur Open Street Map, ce qui fera l'objet d'un article dans les tous prochains jours, car c'est relativement simple.

Vous allez me dire, c'est bien beau, mais on en fait quoi ?

Je ne sais si vous êtes comme moi, mais dès qu'une mention était faite sur le lieu de résidence d'un de mes ancêtres, je le saisissais dans Heredis.
Un : "Jacques DURAND, ménager du lieu de Kerivoal en cette commune" donnait lieu à la saisie d'un domicile pour Jacques DURAND à la date de l'acte avec comme lieu: la Commune et comme subdivision: Kerivoal.

Jusqu'à cette version, cette information ne donnait rien de plus, c'est à dire que tous les événements ayant pour lieu la commune, quelque soit la subdivision se trouvaient géolocalisés au même endroit.
De plus, on se retrouvait par exemple avec la même subdivision : Bourg pour tout un tas de communes.

Avec Heredis 2020, vous retrouvez, dans le dictionnaire des lieux, l'ensemble des subdivisions liées à une même commune. Petit exemple avec la commune de Pont-Melvez (Côtes d'Armor)

Dictionnaire des lieux - Subdivisions - Heredis 2020
On le voit ici, on retrouve toutes les subdivisions liées à la commune de Pont-Melvez, avec en regard le nombre d'événements concernés par cette subdivision dans mon fichier.

Double-cliquons maintenant sur Le Gollot, présent 57 fois dans mon fichier:

Une fenêtre de saisie sur la subdivision concernée s'ouvre:


Par défaut, on voit que la puce est positionnée sur le bourg de Pont-Melvez. On apercoit également qu'Heredis a repéré dans la base en ligne qu'il semble exister un lieu-dit Le Gollot qui pourrait être celui qui m'intéresse. Je le sélectionne, ce qui a pour effet d'activer les deux boutons Compléter et Remplacer (en bas à gauche de la fenêtre).

Complêter va permettre la mise à jour des coordonnées (Latitude et Longitude).
Remplacer ajoutera les coordonnées et remplacera également le nom de la subdivision. Dans mon cas, la subdivision Gollot sera remplacé par Le Gollot.


La localisation proposée ne vous convient pas ? Vous pouvez zoomer et déplacer la puce à l'endroit qui vous convient. Cela vient automatiquement mettre à jour les coordonnées dans la subdivision.

Autre effet bénéfique de ce dictionnaire des subdivisions, la possibilité de faire du ménage.
En restant sur la commune de Pont-Melvez, on peut s'apercevoir qu'en respectant l'orthographe proposé par les auteurs des actes, je me retrouve avec de nombreux doublons : (Kerfubu avec et sans s, Kermin, Kermen et Kermain, Kernon et Kernou...)

Certains voudront conserver les différentes graphies (ils pourront alors mettre à jour les coordonnées en indiquant les mêmes pour chaque variante), d'autres souhaiteront une uniformisation, auquel cas, ils pourront utiliser l’icône de la double flèche pour remplacer une subdivision par une autre.

On le voit, je suis passé ici par le dictionnaire des lieux pour "nettoyer" mes subdivisions.
Mais ce n'est pas une action que l'on fera tous les jours. Au contraire de la saisie d'événements sur les fiches de nos ancêtres

Prenons le cas d'un acte que je suis en train de traiter, toujours sur ma commune de Pont-Melvez, mais avec une subdivision jamais trouvée dans mon fichier: Magoarou.
J'ouvrele Lieu à la Loupe (comme je le faisais auparavant dans la France à la Loupe), je me rends sur la commune de Pont-Melvez, et je repère Magoarou dans la liste.

Un clic sur la puce localisant ce lieu-dit sur la carte permet d'afficher le nom et les coordonnées de ce lieu-dit. Je clique sur le bouton Copier.



Retour sur mon écran de saisie, le bouton à droite de la subdivision s'est activé et me permet de coller les informations:


Je remplis ainsi à la fois l'information de subdivision et l'ensemble des informations dans mon fichier, coordonnées comprises.


Bien entendu, et pour finir sur ce module, les informations de localisation de l'ensemble de nos subdivsions sont reprises sur les cartes disponibles dans Heredis, comme la carte de Migration ou bien la Répartition Géographique.


Dans le menu Nouveautés, vous trouverez également deux nouvelles listes paramétrables, pour les lieux et pour les sources.

Nouvelles listes paramétrables


N'étant pas un grand utilisateur d'édition de documents, j'avais observé cette nouveauté d'Heredis 2019 avec circonspection. Force est de constater que les utilisateurs en ont été très satisfaits.
Il manquait juste des listes pour les lieux et les sources pour être complet, oubli corrigé par Heredis à la suite des remontés des utilisateurs.

Une toute petite évolution (c'est limite une correction), mais que j'attendais depuis longtemps:
Enfin des images dignes de ce nom dans la fiche résumé. Cela m'est très pratique pour reconnaitre les signatures lorsque je suis en train de traiter un acte et que j'ai le choix entre plusieurs individus portant les mêmes noms et prénoms, que je peux distinguer (parfois) à partir de leur signature positionnée dans le média principal.

Dans les thèmes d'affichage, il en apparait un nouveau, nommé Bleu Nuit, que je trouve assez reposant pour les yeux à l'usage. Après plusieurs heures passées lors des tests, j'ai définitivement adopté ce thème.

Autre choix de l'éditeur, la fusion des palettes Parenté et Liens sous PC dans une même palette Relation

A gauche: Heredis 2020 - A droite: Heredis 2019

On voit à gauche la nouvelle palette Relations qui comprend à la fois la Parenté, mais aussi les Autres Liens (type Déclarant, Témoins...).

Enfin, sur la palette Résumé de l'individu, vous pouvez retrouver les commentaires que vous avez saisi pour les témoins dans l'onglet éponyme de vos événements.

 


Voila pour la partie visible des nouveautés d'Heredis 2020. Sous le capot, une modification forte de la structure de la base a été réalisée sur PC afin de sécuriser la saisie (et la suppression des données).

Pour conclure, une fois n'est pas coutume, j'ai un goût d'inachevé avec cette nouvelle version. Certes, j'étais de ceux qui attendait depuis longtemps un dictionnaire des subdivisions. Je suis donc enchanté de pouvoir enfin mettre au propre toutes ces informations.
Mais je m'interroge:  est ce que cette seule grosse nouveauté fera le bonheur de très nombreux clients ? C'est là où j'ai un gros doute. Ce sera à Heredis d'en juger dans les prochaines semaines en fonction des ventes que l'entreprise enregistrera.



dimanche 10 mars 2019


Dans le cadre de mon objectif G10, j'arrive aux derniers ancêtres à trouver. Forcément les plus compliqués. Le cas de Vincent Coatantiec (ou Coantiec) en est un.

Avant toute chose, voici une carte précisant les 4 communes qui seront évoquées dans cet article.

Carte Kerien et communes voisines - OpenStreetMap


Vincent est le père de Jean-François, mon sosa n°114 en génération 7, faisant de lui mon sosa 228.
Il est l'époux de Françoise Kermouse (ou Kermoux) avec qui il aura au moins 7 enfants.

J'ai l'acte de naissance pour 5 de ces enfants, sur la commune de Kerien (Côtes d'Armor):
  • Jean-Louis, né le 15 Septembre 1799
  • Maurice, né le 22 Janvier 1806
  • Jean-François donc, né le 23 Février 1807
  • Marguerite, née le 30 Juin 1809
  • et Pierre, né le 6 mars 1811

Pierre est très probablement le dernier enfant puisque Françoise Kermouse décède le 24 mars 1812, toujours à Kerien.

Je connais l'existence de deux autres enfants par le mariage ou le décès de ces derniers.

  • Louis, dont le mariage en 1833 avec Marie Yvonne CADIOU, donne Vincent et Françoise Kermouse comme ses parents et sa naissance le 10 Février 1800, à Bourbriac, une commune située à une dizaine de kilomètres. Sauf que je ne trouve pas de naissance autour de cette date, tant sur Bourbriac que Kerien.
  • Marie, qui décède en 1838. Elle est la fille de Vincent et Françoise Kermouse, et l'épouse de Guillaume Le Contellec. L'âge sur son acte de décès lui donne une naissance aux alentours de 1805. Là, également, je n'ai pas de trace de cette naissance, tant sur Kerien que les communes voisines.

Vincent, lui, vivra 40 ans après son épouse Françoise. Je retrouve sa trace dans les registres à partir de 1836, sur les 4 recensements de 1836 à 1851.
En 1836, il vit avec son fils Jean François, son petit-fils Vincent Le Contellec (le fils de Guillaume et Marie Coatantiec, sa fille), ainsi que 2 domestiques.
En 1841, 1846 et 1851, il vit chez son fils Jean-François, qui en 1836 a épousé Marie Françoise Georgelin dans le lieu-dit Kersaliou d'en haut.

Recensement Kerien - 1841 - AD 22 - http://sallevirtuelle.cotesdarmor.fr/LN/lnx/consult.aspx?image=131165390954086

Il décède à Kerien le 14 janvier 1852. Son fils est le déclarant, et son acte de décès indique que ses parents sont Yves Coatantiec et Marguerite Thoraval. C'est ce que j'ai dans mon logiciel Heredis, depuis le 13 Septembre 2009, date à laquelle j'avais intégré l'acte de décès de Vincent.

Et c'est bien là que le bat blesse. Quand je lance une recherche sur ce couple Yves et Marguerite en recherche de couple grâce à Corail Net, le résultat est sans appel: rien

Et ça, c'est très peu habituel. Ce moteur de recherche arrive toujours à me trouver un décès quelque part ou un mariage, pour un enfant du couple. J'ai bien entendu tenté des recherches avec d'autres prénoms approchant, mais toujours rien.
De plus, je n'ai aucun Yves Coantantiec ou de Marguerite Thoraval comme témoins à la naissance des enfants (un signe qu'ils seraient morts avant ?).
Au décès de Vincent, son épouse Françoise est elle-même décédée 40 ans auparavant. Dans l'hypothèse où les parents de Vincent sont morts avant la naissance de ses enfants, il est très probable que son fils Jean-François n'ait qu'une vision très approximative de cette filiation.
Ce qui m'a d'ailleurs paru étrange dans cette recherche, c'est que la mère présumée de Vincent se nomme Marguerite Thoraval. Or, c'est également le nom et le prénom de la mère de Françoise Kermouse. Cette seconde grand-mère est décédée en 1818, Jean-François l'a donc connu. Aurait il fait un amalgame ? C'est ce que je pense.

Une autre hypothèse s'ouvre alors à moi: et si les parents indiqués dans l'acte de décès de leur fils Vincent n'étaient tout simplement pas les bons.

Le premier enfant de Vincent et de Françoise Kermouse que j'ai pu trouvé est né en 1799, le 25 fructidor de l'an 7 précisement. Malheureusement pour moi, les années révolutionnaires 3, 4, 5 et 6 sont en lacunes dans la salle virtuelle des Côtes d'Armor.
Il est très probable qu'ils se sont mariés sur cette période et que j'aurais pu y trouver ici confirmation (ou pas) de mon hypothèse car les parents auraient été cités.

Mon salut (car oui, je pense avoir trouvé la solution durant la rédaction de cet article) vient de la fratrie. En réalité du frère de Vincent, Louis Coatantiec.

Voici le déroulé de mon raisonnement:
En 1838, au décès de Marie Coatantiec (vue plus haut), fille de Vincent et Françoise Kermouse, est présent Louis Coatantiec, 56 ans, oncle de la défunte. Il s'agit donc très probablement du frère de Vincent, et il serait donc né aux alentours de 1782.
Vincent, d'après son âge aux différentes naissances de ses enfants, doit être né aux environs de 1779.

Louis Coatantiec est également témoin à la naissance de 4 des 5 enfants de Vincent que j'ai pu retrouver. A chaque fois, l'âge sur l'acte correspond à une naissance de Louis vers 1782-1783.

Puisque je n'ai pas pu trouver l'acte de mariage de Vincent et Françoise Kermouse, peut-être que celui de Louis pourrait faire mon affaire.

En 1812, à Maël-Pestivien, un Louis Coantiec (Coatantiec) épouse Marie Le Cam. Ce Louis est né le 10 Décembre 1783 à Kerien (ça sent bon), de Henri Coantiec et Marguerite Peillet.
Est présent comme témoin au mariage: Vincent, frère de Louis, âgé de 33 ans, donc né aux alentours de 1779 (ça commence à sentir très bon).
Et également présent comme témoin, François Coantiec, 40 ans, demi-frère de Louis.

1812 - Acte de mariage de Louis Coantiec et Marie Perrine Le Cam - Maêl-Pestivien - AD22 - http://sallevirtuelle.cotesdarmor.fr/EC/ecx/consult.aspx?image=090025479170567

Lancement d'une nouvelle recherche dans Corail Net pour le couple Henri Coatantiec et Marguerite Peillet et cette fois-ci, les résultats tombent:

Naissance d'un fils pour ce couple, prénommé Vincent en 1779 (Yes !)
Naissance d'une fille Françoise en 1782 et d'un Louis en 1783 (re Yes !).

Henri et Marguerite se sont mariés en 1776. Henri est veuf de Marie Anne Le Diouron. Qu'il a épousé en 1775, l'union n'aura duré que 14 mois.
Mais Marguerite Peillet est en réalité la 3ème épouse d'Henri.
Le 28 Novembre 1766, Henri Coatantiec a épousé Marguerite Le Moal à Pont-Melvez. Ils auront plusieurs enfants, dont François, qui, à son mariage en 1800, a 31 ans. Il aurait donc bien une quarantaine d'années en 1812 au mariage de son demi-frère Louis.

Cette recherche me semble suffisamment fiable pour que les différents éléments puissent être ajoutés à mon arbre.
Et elle me confirme une réflexion :
Une recherche généalogique qui se base exclusivement sur les sosa est vouée tôt ou tard à l'échec. Il faut a minima s'intéresser aux fratries. Car les témoins au naissance et/ou décès, les parrains/marraines sont bien souvent des membres de ces fratries. Et donc de précieux indices dans nos recherches d'ancêtres.

Il me reste à présent à traiter la multitude d'actes que j'ai pu trouver pour les intégrer dans ma généalogie.

PS: le mariage d'Henri Coatantiec et Marguerite Peillet est filiatif pour cette dernière, et le premier d'Henri avec Marguerite Le Moal l'est également. J'ai donc trouvé 4 nouveaux ancêtres manquants pour ma Génération 10.





vendredi 22 février 2019


Beaucoup d'actes de nos ancêtres ne le sont pas, alors pourquoi parler de celui-ci et pas d'un autre ?

Je vais vous parler de Geneviève Le Provost, la sosa n°503 de mes deux garçons. De ce que j'ai pu trouver pour le moment, Geneviève est la seconde fille du couple Rolland et Françoise Guegan, qui se sont unis à Kerien, petite bourgade costarmoricaine au sud de Guingamp, en 1735.

Elle a une sœur ainée, Anne, née en 1737, deux ans avant elle. Suivront 4 autres enfants, dont un enfant mort-né.

Elle se marie en 1757, elle a 17 ans. Son mari Yves Lelias en a 3 de plus. De leur union, j'ai dénombré au moins 7 enfants. De Pierre, né un an après leur mariage, jusqu'à Jean né lui en 1774. En passant par Anne, née 4 ans avant, sosa 251.

Descendance de Geneviève Le Provost et Yves Lelias


Pour l'instant, me direz-vous, il n'y a rien d'extraordinaire.

Sauf que je ne trouvais pas l'acte de décès de Geneviève. J'avais bien trouvé celui de son mari, en 1782, dans la commune voisine de Pont-Melvez, mais rien pour son épouse.

Lancement d'une recherche de décès pour Geneviève Le Provost sur la base du CG22 Corail-Net sur une plage d'années assez large et sur une plage de communes aussi large: rien.

C'est lorsque je me suis attaqué à ses parents et à ses frères et sœurs que j'ai finalement trouvé le décès, mais pas tout de suite. Vous allez comprendre pourquoi.

Corail Net dispose d'une fonction redoutable: la recherche par couple. Vous saisissez le nom et le prénom des deux conjoints, la commune (ou celles aux alentours), une plage de date (jusqu'à 100 ans) et bing, Corail vous renvoie:
- l'acte de mariage des conjoints
- la naissance de tous les enfants
- les mariages des enfants où les parents sont cités
- les décès des enfants où les parents sont cités.

J'en ai rêvé ? Vous connaissez la suite.

Me voila donc à saisir dans mon logiciel préféré les différents actes trouvés par ce merveilleux moteur de recherche. Je procède généralement à la saisie des événements dans l'ordre que j'ai indiqué plus haut.
Jusqu'au décès d'un Sylvestre Le Provost, décédé en 1812 à Plougonver (une commune limitrophe de Pont-Melvez)

Kerien - Pont-Melvez et Plougonver - Source : OpenstreetMap


Je me dis "tiens, étonnant, je n'ai pas l'acte de naissance de ce Sylvestre". Ni un éventuel mariage. Les lacunes, cela arrive, voila donc un nouveau garçon pour Rolland et Françoise.

Je trouve sans difficulté l'acte proprement dit dans la salle virtuelle des AD, et c'est là que je tombe sur un os. Il s'agit bien de l'acte de décès de Sylvestre Le Provost (d'ailleurs, l'officier d'état-civil l'a bien renoté dans la marge), mais Sylvestre est la FILLE de Rolland et Françoise Guegan.
Et ce Sylvestre est la VEUVE d'Yves Lelias.
Et le déclarant pour ce décès se nomme Yves Godest, déclaré gendre de Sylvestre.

Anne Lelias, fille d'Yves et de Geneviève a épousé en premières noces Pierre Le Meur, sosa n°250. En 1809, elle épouse en secondes noces, devinez qui ? : Yves Godest.

Pas de doute, ce Sylvestre est forcément ma Geneviève Le Provost. J'ai bien lancé quelques recherches, mais tous les sites que j'ai pu consulter donne bien Sylvestre comme un prénom masculin.
Comment ma Geneviève est devenue Sylvestre sur ce registre, je pense que je n'aurais jamais la réponse.

Mais affublée d'un tel prénom, il aurait été bien compliqué de retrouver parmi les indexations le décès de Geneviève.

Acte de décès de Sylvestre aka Geneviève Le Provost - AD Côtes d'Armor - 5 Mi EC 1196 - Vue 108 / 274


mercredi 30 janvier 2019


Il y a quelques jours, Elodie DEZAT rédigeait un billet sur les citations des sources, s'interrogeant pour savoir si le mieux était bien l'ennemi du bien.



En préambule, je spécifie que je travaille sur Heredis (2019) en mode complet pour la gestion des sources. Cela veut dire que je peux utiliser le module des citations. Et j'écris bien que je peux. En aucun cas que je ne dois. Je suis d'accord avec Elodie, le mieux ne doit pas être l'ennemi du bien.
Je précise également avec des sources génériques. Qui me semble d'ailleurs le plus conforme à la norme gedcom.
A savoir qu'une source, c'est un registre, et dans mon cas, un groupe de registres pour une commune donnée. La citation correspond alors à l'acte proprement dit.

Pour être plus clair (une image valant mille mots), je vous propose un exemple de saisie que je fais très régulièrement pour traiter un acte de décès, de baptême ou d'union, pour montrer que je n'ai au final pas de travail supplémentaire pour avoir une citation que je considère comme acceptable.

Je vais traiter pour cela l'acte de naissance de Guillaume LE HEOUL (ou LE HEOL), fils de François et Jeanne GUILLERMIC, né le 28 aout 1763 à Louargat (Côtes d'Armor).

La récupération du média depuis le site des Archives

J'effectue toujours une copie des médias sur mon disque dur. Une fois trouvé l'acte à traiter, je l'enregistre sur mon disque dur en indiquant, la date, le type d'acte, le nom de l'individu (ou d'un couple pour une union ou d'une famille pour un recensement) et les côtes du document

Dans mon cas, je vais avoir : 1763 - N - Guillaume LE HEOUL - AD22_5MI_0291_0248.jpg
 
Acte de naissance de Guillaume LE HEOUL - 1763 - AD Côtes d'Armor - 5 Mi 291
 Note: je sais, je ne précise pas la commune !

La saisie de l'acte

 
J'ouvre Heredis et j'active la fonction Saisie par acte / Baptême. J'ajoute le média qui est stocké sur mon disque dur (ce qui a pour effet de faire une copie dans le fichier Heredis) et je démarre ma saisie

Je passe directement à l'onglet Enfant. En effet, utilisant des sources génériques, les onglets Registre / Acte et Source ne me sont d'aucune utilité.



J'y saisis les prénoms et nom de l'enfant (attention aux éventuels doublons). Les dates et lieux de naissance/baptême, la subdivision si indiquée (pour le lieu dit par exemple), et une éventuelle note (par exemple s'il avait été ondoyé à la naissance.

Puis je passe aux onglets du Père et de la Mère. J'y indique les noms de François LE HEOL et Jeanne GUILLERMIC. Etant déjà présents dans mon fichier, je prends bien garde d'aller les sélectionner dans mon fichier pour éviter les doublons.
Je spécifie que François réside à Louargat, et je coche la case "Domicile commun avec le père" dans l'onglet Mère

Je saisis les parrains / marraines dans l'onglet éponyme. Je saute les onglets Témoins (il n'y en a pas ici) et Officiant religieux (choix personnel), puis j'indique que le père (présent), le parrain et la marraine ne savent signer.
Comme le document ne porte pas d'informations complémentaires, je passe également sur cet onglet.

Je clique alors sur Valider et je bascule dans l'écran de Vérification des données


Je vérifie les données (par exemple les notions de signature) et je bascule sur la partie Source.
Comme je fonctionne en source générique pour les BMS et EC, je vais sélectionner "Utiliser une source existante" et je choisis ici la source correspondant à Louargat - Registres Paroissiaux et Etat-Civil"

Je décide d'affecter cette source à tous les événements que ma saisie va créer.
Et dans le commentaire, je porte les éléments suivants :
1763 - N - Guillaume LE HEOUL - BMS Louargat (1758 - 1771) - 5 Mi 291 - Vue 248 / 635 - http://sallevirtuelle.cotesdarmor.fr/EC/ecx/consult.aspx?image=051734341431775

Je reporte l'année, le type d'acte et le nom de l'individu concerné. Je spécifique qu'il s'agit ici du registre numérisé des années 1758 à 1771 pour la commune de Louargat, la côte et le lien vers l'image.

Puis je valide.

Résultat des courses

J'ai créé 3 actes dans Heredis:
Les actes de naissance et de baptême de Guillaume LE HEOUL et l'acte de domicile sur Louargat pour les parents.

Les 3 événements portent la même citation, ie le commentaire que j'ai saisi plus haut.



Pour chacun de ces événéments, j'ai donc une date, un lieu, une source et une citation complète qui me donne la côte et le lien (ici malheureusement pas un permalien) vers l'image en ligne.

Cette saisie est vraiment rapide (quelques minutes suivant le volume d'informations à saisir et la lisibilité de l'acte). Et apporte une information complète et fiable, à la fois pour moi et pour mon lecteur comme l'indique la copie d'écran de l'acte de baptême en ligne après publication



J'espère que je vous aurais convaincu que saisir une citation pour chaque événement majeur n'est finalement pas si compliqué à réaliser.



Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!