samedi 24 octobre 2020

 

Petit billet d'humeur ce matin, car je vois que même mes deux passions commencent à être polluées par notre société consumériste.

Réaction à chaud, donc pas forcément la plus objective sur le coup.

Vous le savez, depuis cet été, je suis avec plus d'attention l'actualité astronomique. Et bien, il y a quelques jours, l'intelligence humaine a réussi une opération de "Touch and go" sur un objet situé à 300 millions de kilomètres de notre petite planète bleue.

Pour faire simple, une sonde américaine, baptisée Osiris-Rex, a été mise en orbite autour d'un astéroide, nommé Benou il y a environ 2 ans. Mardi dernier, cette sonde est venue prélever des échantillons de cet astéroïde pour les ramener sur Terre. Pour en savoir plus, je vous invite à suivre ce lien sur Wikipédia. Une fois prélevés, ces échantillons doivent être ramenés sur Terre. La Nasa avait un objectif de 60g et avait prévu 2 autres tentatives en cas d'échec de la première.

Ce week-end est prévu la mesure du poids d'échantillon, mais ce matin, en ouvrant un article du Monde, le drame : la sonde risque de perdre ses échantillons. La première phrase de l'article est sans appel : la Nasa est inquiète.

J'ai tout de même posé la question à quelques spécialistes astro (@astropierre, @Bottlaeric et @thomas_appere)  et leurs réponses sont bien bien plus nuancées.



Voici typiquement ce que l'on nomme un titre putaclic. Ce mot exprime assez bien son orientation puisqu'il s'utilise lorsque le titre d'un article ou d'une vidéo est volontairement tendancieux et racoleur pour générer des clics, donc des revenus. Je suis un farouche défenseur des grands médias, mais force est de constater que parfois par méconnaissance, mais aussi parfois pour générer du trafic, ils recourent tous pour la plupart à des titres racoleurs. Un exemple devenu classique en matière d'astronomie : "Un astéroïde va frôler la Terre cette nuit". Alors que n'importe quel scientifique vous dira que vu la distance, il n'y a aucune (mal)chance qu'il fasse le moindre mal.

J'attends d'un journal comme le Monde un article sérieux et sourcé auprès de vrais spécialistes (non, le Pr Raoult n'est pas un spécialiste sur la Covid, mais juste un excellent client pour les chaines d'info en continu). Ou bien qu'ils ne s'étonnent plus de la défiance de leurs lecteurs. C'est tout de même un comble qu'il ne me faille que 3 minutes sur un réseau social pour avoir la confirmation que cette information est beaucoup moins.


Aparté: je viens de relire 3 fois la phrase précédente, elle est vraiment lunaire. Je suis en train d'écrire qu'un réseau social a été ma source !!! Un comble vu ce que je pense des réseaux sociaux.


Voila pour le putaclic, passons maintenant aux cadeaux.

Car moins d'une demi-heure après la lecture de l'article précité, je tombe sur une enquête proposée dans la newsletter de l'un de mes sites de généalogie préféré : Geneanet 

J'aurais d'ailleurs pu appeler cet article : Geneanet ou la confusion des genres.

Geneanet est l'un des mastodontes en France de la généalogie. Et surement LE plus gros site en matière de trafic français sur la généalogie. Ils se revendiquent eux-mêmes comme utilisateurs du modèle Freemium. Une large part est gratuite. Et si l'on souhaite profiter de fonctions avancées (très pratiques), il faut s'abonner. Ils possèdent de très nombreuses indexations, faites par la communauté de leurs utilisateurs. Rien à dire.

Et donc ce matin, en première place de leur newsletter hebdo, un titre : Geneanet et vous : répondez à notre grande enquête. Et pour appâter le chaland : 2000 € à gagner.

J'évacue tout de suite le prix. C'est en fait la somme totale des gains. Donc si cela trouve, c'est 4 fois 500 €. Ou 40 fois 50€. Ou bien 400 fois 5€. Personne ne le sait.

Revenons donc à cette enquête. Vu le titre, je me dis que nous sommes là sur une énième enquête, dont les éditeurs affectionnent pour sonder leurs utilisateurs sur leurs attentes.

Et bien dès la 4ème page, on me demande de m'inscrire à la communauté de Toluna, qui est la maison mère d'Harris Interactive, l'institut de sondage. Bien sur, on peut ne pas s'inscrire, mais dans ce cas, pas de jeu concours.

==> le sondage, c'est bien Harris Interactive qui l'organise, pas Geneanet. D'ailleurs, le règlement du jeu ne mentionne à aucun moment Geneanet, mais uniquement Harris Interactive.

Je vous invite d'ailleurs à lire ce règlement. On comprend très vite que c'est un jeu concours, organisé chaque trimestre (depuis 2015). Et au passage, on a le détail des prix. Un 1ère de 200€, 2 de 100€, le reste par lot de 50€.

Alors certes, il y a bien quelques questions sur Geneanet (moins d'une dizaine), mais surtout des potentielles dizaines d'autres sur tous vos hobbies, vos habitudes de consommation, le nombre de membres de votre foyer, votre niveau de revenus....

Donc en gros, Harris Interactive se paye pour 2 000€ une belle base de données de consommateurs.

Chacun y verra ce qu'il souhaite, pour ma part, je trouve que sur ce coup, Geneanet a fait une belle faute de goût vis à vis de ses utilisateurs.



lundi 12 octobre 2020

 

Il y a quelques siècles, oups pardon, quelques années, je m'étais lancé dans un Objectif G10, dont le principe était simple, trouver l'ensemble des ancêtres sur 10 générations pour mes deux garçons. 

A l'époque, il me manquait 26 ancêtres à la génération 10. Il m'en manque plus que 3 aujourd'hui. Dont un qui ne sera probablement pas trouvable, étant né illégitime.

Je l'ai souvent écrit, pour moi, un arbre généalogique, c'est aussi un squelette, à qui on va donner de plus en plus de chair et lui donner ainsi toute sa cohérence. Cet objectif G10 m'a déjà servi à trouver une bonne partie du squelette et j'ai désormais le nom des 246 an, je me lance dans un nouvel objectif qui va me forcer à me canaliser (je suppose que je dois être le seul à avoir ce genre de besoin ;-) )

Vous l'aurez compris à la lecture du titre de cet article, je vais compléter la carte d'identité de ces ancêtres, mais jusqu'à la génération 9 avec comme enjeux:

- Leurs dates de naissance/mariages/décès

- La composition de leur fratrie

Comme vous pouvez le voir sur les roues des 4 grands-parents de mes garçons, la couleur dominante reste le rouge. Et malheureusement pour moi, le rouge indique les individus qui ne sont pas complets, au sens Heredis.

Roue d'ascendance - Sosas 4 à 7

Le passage progressif de ces roues vers le bleu va me permettre de répondre au premier enjeu de cet objectif. 

L'intérêt de la recherche de la fratrie, second enjeu de cet objectif, est de me fournir une base lorsque je vais traiter les actes notariés que j'ai commencé à stocker pour traitement.

Je vais donc sortir régulièrement ces roues pour suivre l'avancement, en espérant que le bleu remplace peu à peu le rouge.



Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!