samedi 19 janvier 2019


J'ai lancé il y a un peu plus de 3 ans mon objectif G10. Après quelques mois assez actifs, ce sujet est passé au second plan. Puis au troisième...etc.
C'est au moment de l'écriture de mon bilan 2018 expliquant surtout ce que je n'avais pas fait durant l'année que j'ai repris la résolution d'avancer sur cet objectif G10. Pour combien de temps ? Nous le verrons bien.

Au départ de ce projet, 26 ancêtres étaient manquants sur ma génération 10, dont 2 en raison de la méconnaissance de mon seul ancêtre manquant sur la génération 9.

Depuis le début de mes recherches sur ce projet, 16 ancêtres ont été trouvés.

Et maintenant un dix-septième, puisque je viens de trouver la mère de François CADIOU, grâce à une recherche des plus classiques.

Rappel des faits (oui, je sais, cela fait très "enquête policière"):

Son épouse, Marie LE HEOL est décédé à Tréglamus (Côtes d'Armor) en 1813. Il est présent. Donc vivant. Malheureusement, pas de trace de son décès sur Tréglamus dans les années qui suivent.



De ce couple, j'ai déjà trouvé 7 enfants, tous nés à Louargat. Pourquoi n'ai je pas cherché l'acte de mariage dans les années qui ont précédé la naissance de leur première fille, en 1789 ? Cela reste un grand mystère.
Car sans surprise, j'ai trouvé l'année précédente, plus précisément le 22 avril 1788, leur acte de mariage sur cette commune. Mariage filiatif pour l'époux, comme pour l'épouse.

François est décédé dans une commune voisine, Pédernec, en 1824. Mais pour ce décès, c'est bien une Marie qui est indiqué comme épouse, mais pas comme veuf. Car François s'est en effet remarié en 1814, quelques mois à peine après le décès de sa première épouse avec Marie JEZOU, veuve elle-même de Joseph PIRIOU.

Finalement, rien d'étonnant à cette histoire. Un simple généalogiste qui avait oublié de faire une recherche triviale, et qui trouve la réponse facilement 3 ans après. Pas de quoi vraiment rédiger un article.

Si ce n'est un petit détail amusant. En effet, lorsque j'ai sélectionné dans mon logiciel Marie JEZOU, fille de Jacques JEZOU et Mathurine LE BARZIC, la seconde épouse de François CADIOU, non seulement une fiche existait déjà, mais le petit personnage la représentant dans Heredis avait une tête jaune. Signe que Marie est une sosa dans mon arbre.

L'histoire est en fait toute simple.

Mai 1813, Marie LE HEOL décède. Son époux, François CADIOU se retrouve avec au moins 4 enfants âgés entre 10 et 18 ans.
Du coté de Marie Jezou, c'est deux mois avant, en mars que son époux, Joseph PIRIOU décède et la laisse avec des enfants en bas age dont une enfant de 2 ans.

Il est assez naturel dans nos campagnes françaises de retrouver moins de 6 mois après l'union de ces deux veufs avec des enfants.
Parmi eux, Pierre Yves, fils de Marie JEZOU, qui a 22 ans au remariage de sa mère et Anne, fille de François CADIOU, qui a 25 ans.


François CADIOU et ses deux épouses - En rouge les enfants respectifs, deux fois sosa

Est ce le fruit d'une rencontre ou bien les nouveaux parents les ont ils poussé dans les bras l'un de l'autre pour arranger le ménage (et la conservation des quelques biens dont ils disposaient) ? L'histoire ne le dira probablement jamais.

Voila en tout cas mon 17ème sosa manquant trouvé. Je repars à la recherche des suivants. L'enquête continue.

 Note du 19 janvier: j'ai rédigé mon billet dans les tous premiers jours de l'année avec une programmation pour le 10 janvier. Ayant fait une dernière modification et oublié de le reprogrammer, ce n'est qu'aujourd'hui que ce billet est publié. Le sujet redevient à la mode puisque Elodie  et Sacrés Ancêtres en ont parlé dernièrement



Categories: ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!