samedi 14 juillet 2018


Je suis présentement à Montréal pour le travail, mais j'ai découvert il y a quelques jours une information qui semble être passée totalement inaperçue dans le petit monde de la généalogie française, alors que les répercussions peuvent être potentiellement importantes pour nos usages au quotidien.

Je l'avoue, le titre de cet article est un poil provocateur, mais n'est ce pas le début de ce qui serait un sacré événement dans le petit monde de la généalogie francophone ?

VS 


D'un côté, Geneanet, premier portail généalogique en France (et probablement en Europe), proposant la plus grande base indexée d'individus. On m'opposera qu'il y a des millions de recopies, mais il faut bien reconnaître que l'immense majorité des généalogistes faisant des recherches sur la France passe forcément par Geneanet.

De l'autre, Filae (ex Genealogie.com), à l'image moins policée parmi la communauté des généalogistes, principalement en raison de ses relations tendues avec les Archives Départementales qu'elle n'a pas hésité à attaquer en justice pour leur imposer une mise à disposition de leurs archives.
Sans parler de l'indexation quasi complète de l'Etat Civil proposée par Filae, qui a été perçue par certaines Archives et certains Cercles Généalogiques comme un vol pur et simple de leurs données. Je ne relancerais pas le débat ici, ce n'est pas le propos (même si, au regard strict de la loi, il n'y a pas eu de vol).

Quelle ne fut donc pas ma surprise il y a 4 jours quand j'ai découvert cette information sur Internet : la société Filae a vu la société Trudaine Participations entrer à son capital à hauteur de 25% (source : Zonebourse).

Quel rapport avec Geneanet, me direz-vous ? Il est tout simple: la société Trudaine Participations appartient à 30% à Geneanet. D'ailleurs, lors de la dernière Assemblée Générale de la société Filae, qui s'est tenu le 28 Juin dernier, c'est Jacques LE MAROIS, fondateur et PDG de Geneanet, qui représentait la société Trudaine Participations.

Malheureusement, il n'a pas été répondu aux questions des autres actionnaires présents, qui souhaitaient probablement connaître les intentions de Geneanet. Comme l'en atteste le communiqué de presse de Filae sorti en début de semaine (vous pouvez lire l'intégralité du communiqué en cliquant sur le lien)

Communique de Presse - Société Filae - 9 Juillet 2018


Que faut il donc penser de cette entrée au capital de Filae ?


Pour ma part, je ne vois pas trop d'autre possibilité qu'un début de rachat de Filae par Geneanet.

En matière de bases de données généalogiques, la France est assez particulière. Dans le monde, quelques mastodontes existent comme Ancestry ou MyHeritage, mais qui ont bien du mal à s'implanter en France, probablement en raison du maillage important déjà réalisé par les cercles généalogiques et les indexations existantes.
Un acteur un peu particulier avec Family Search, aux capacités humaines et financières sans commune mesure par rapport aux autres, mais qui ne fait pas commerce de ces services, les recherches généalogiques étant liées à la pratique religieuse des membres de l'Eglise des Saints des Derniers Jours (autrement dit: les Mormons)
En France, le marché est un peu plus disparate. Avec des bases aux fonctionnements différents. Je ne citerais que celles dont j'ai entendu parler, la liste ne saurait être exhaustive.
Geneanet et Filae sont probablement les deux plus grandes bases privées en France. Suivie par Heredis Online et Geneatique.net (des éditeurs éponymes). On peut également citer Bigenet, service payant fourni par la Fédération Française de Généalogie.
Entre le gratuit et le payant, il y a notamment Geneabank, qui recense les relevés des cercles généalogiques partenaires. L'accès à cette base fonctionne par des points, offerts aux adhérents des cercles lors de leur adhésion.
Puis des bases gratuites, comme la base Roglo.

Une concentration entre les acteurs privés n'est finalement pas une surprise, au vu de la concurrence, notamment anglo-saxonne. La question n'était pas tant de savoir si, mais plutôt quand cela allait arriver.
Le client sort généralement gagnant à court terme, puisque l'on peut imaginer que les clients des deux sociétés pourraient profiter des services complets, en déboursant moins que la somme des deux abonnements.
A plus long terme, cela dépend toujours de la concurrence qui sera présente.
Une trop grande dispersion n'est pas intéressante pour le client, car il faut beaucoup payer pour avoir tous les services. Le monopole ne l'est pas plus car il freine généralement l'innovation, faute justement de concurrence.

J'ai tout de même deux interrogations au moment d'achever cet article :
  • Pourquoi une telle information ne semble même pas faire parler ? Je n'ai rien vu passer sur la presse spécialisée, sur les forums que je fréquente, sur les réseaux sociaux, à l'exception de quelques échanges sur Twitter.
  • Comment se passerait un rapprochement entre les deux sociétés, ayant chacune une philosophie affichée bien différente l'une de l'autre ? Filae s'est toujours présenté comme une société commerciale généalogique. Geneanet se montrant plus comme un acteur associatif. Une entrée, perçue comme agressive par Filae semble plutôt relever du fonctionnement très classique des sociétés privées.

Il reste maintenant à suivre le développement de ce rapprochement dans les prochaines semaines ou prochains mois pour savoir exactement ce qui attend les clients de ces deux sociétés.
Nul doute que la presse spécialisée se fera l'écho des informations à venir.

5 commentaires:

  1. J'étais passé à côté de l'info, merci :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci d'avoir porté cette information à notre connaissance. Mais je souhaite un conseil :
    Que mettre dans le bandeau de mon arbre sur Généanet pour avertir que mon dépôt, gratuit pour les particuliers, ne peut faire l'objet d'une commercialisation, totale ou partielle, sans mon accord écrit préalable ?
    Au vu des dérives (possibles) futures entre sociétés commerciales, je souhaite me prémunir de gens qui feraient "des sous" sur mon dos sans que cela ne me rapporte un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas bien sur de comprendre votre question. Geneanet ne vend pas vos données. Elles sont accessibles gratuitement par tout utilisateur du site (inscrit ou pas).

      Supprimer
    2. Eh, bien sûr, rien n’empêche FILAE de récupérer ces données gratuites pour les mettre à disposition de ses CLIENTS moyennant finance.
      Mais là il s'agit de la bêtise des acheteurs qui pourraient contrôler au paravent qu'ils peuvent avoir les mêmes informations gratuitement sur GENEANET

      Supprimer
  3. Geneanet veut-il racheter Filae ? Ou veut-il empêcher Filae d'être racheté par un acteur étranger pour garder le contrôle de la situation en France ?

    RépondreSupprimer

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!