mercredi 1 juin 2016



Comme je l'ai écrit dans le billet annonçant ma participation au Challenge AZ de 2016, le thème de celui-ci tournera autour des "gros mots" de l'informatique autour de la généalogie.



Il est possible aujourd'hui de faire sa généalogie sans  ordinateur, ni Internet. Mais que de temps gagné depuis que les éditeurs informatiques nous fournissent  matériels et logiciels. Et surtout depuis que les Archives Départementales nous donnent accès, en ligne, aux registres paroissiaux, à l'état-civil, aux recensements civils et militaires....



A travers les lettres de l'alphabet, je vais tenter de donner quelques notions sur l'informatique en général, avec son langage, évident pour moi qui vit de l'informatique depuis 20 ans, encore plus pour mes enfants pour qui un monde sans Wifi est un monde sans vie....mais beaucoup moins pour la génération de mes parents qui a vu un déferlement d'évolutions technologiques depuis 50 ans. 
Et surtout faire en sorte de dédramatiser certains sujets. Non, il n'est pas obligatoire d'avoir fait Polytechnique pour tenir un blog. Non, il ne faut pas un Master de Sciences pour utiliser le fameux Cloud.

Je vais enfoncer beaucoup de portes ouvertes. La plupart de mes lecteurs habituels connaissent (souvent bien mieux que moi) les sujets que je vais aborder. Mais ils ne sont pas ma cible habituelle de lecteurs cette-fois-ci. Qu'il m'en excuse par avance.



Cet alphabet, objet de ce Challenge AZ pour moi, ne saurait bien sur être exhaustif.  Pour cela, je vous renvoie plutôt vers le site Geneawiki, l'encyclopédie collaborative dédiée à la généalogie.


J'espère que ce Challenge trouvera un certain public, alors n'hésitez pas à ajouter vos commentaires.

--------------------------------

Pour terminer, et pour que ce premier billet ne soit pas qu'une introduction, je ressors un ancien article de mon Challenge 2014. Je l'avais écrit sous la mention XY, mais ici, il sera sous le titre A comme ADN 



Et je dois bien avouer que 2 ans après, mon opinion n'a guère changé. Pourtant, de nombreux internautes ont sauté le pas et fait leur propres recherches (Brigitte, Venarbol, Hervé, Audrey...) mais pour le moment, j'attends toujours d'être convaincu du bien-fondé et surtout de l'intérêt de la chose.


Je ne dirais qu'une seule chose. Convainquez moi. Mais cela va être dur. Quand je vois ce que propose déjà Google avec "juste" les dossiers d'1,6 millions d'anglais
 
Nul doute que les sociétés 23andMe, AncestryDNA et consorts ne manqueront pas de vendre bientôt les informations qu'elles collectent. Bientôt, ah non, cela a déjà commencé.

Rendez-vous demain pour le second article : B comme Blog


6 commentaires:

  1. Cela fait écho au courrier des lecteurs du dernier numéro de la RFG. Une lectrice a écrit : ce n'est plus de la généalogie, c'est de l'informatique ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'informatique a très clairement modifié la façon de pratiquer la généalogie, mais c'est aussi le cas de beaucoup de secteurs de nos vies quotidiennes.

      J'espère surtout que ceux qui me liront et qui pensent comme la lectrice que tu cites qu'ils verront l'informatique d'une manière plus rationnelle : c'est un outil. Apprendre à utiliser cet outil permet de le désacraliser.

      Supprimer
  2. Faire de l'informatique c'est concevoir des programmes, pas les utiliser. C'est comme si en conduisant sa voiture on pensait faire de la mécanique automobile...

    RépondreSupprimer
  3. Très beau sujet... nous ne nous sommes pas concertés... mais nous sommes en effet sur la même longueur d'ondes pour ce challengeAZ et nous rendons tous les deux hommage à Brigitte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce partage. J'ai beaucoup de mal avec l'ADN (et je suis ingénieur chimiste de formation). Pas en tant que tel, car l'avenir de notre santé passe bien entendu par la compréhension de notre génome.

      Mais ne soyons pas dupes. Les sociétés américaines qui proposent ces tests ne le font pas pour nos beaux yeux (ou peut-être que si, justement). Quel usage sera ensuite fait de toutes ces données ? C'est bien ce que je crains.

      Supprimer

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!