samedi 26 décembre 2015


Cette année a été particulièrement douloureuse pour le peuple de France puisque cela faisait 70 ans qu'un ennemi déclaré n'avait pas frappé sur notre sol.

Et je me suis fait un drôle de constat, alors que nous abordons les derniers jours de l'année.


2015 a donc démarré dans le sang. Celui des victimes de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l'Hyper Cacher. Et moi, comme des millions d'autres, je suis devenu Charlie.
L'émotion a envahi le monde.

Puis, doucement, la vie, comme il est d'usage, a repris son cours. Avec son lot de joie et de peine.

Et la fin d'année a commencé à pointer le bout de son nez. Un mois de novembre bien doux (ah le réchauffement climatique !). Des gens qui sortent sur les terrasses, vont aux spectacles, ou voir un match de foot.

Et alors, à nouveau, l'horreur.
Et comme des millions de français et des centaines de millions de personnes dans le monde, je suis alors devenu Paris.
Cité plusieurs fois millénaires, où j'ai vu le jour il y a 42 ans.

Mais avec toutefois une drôle de sensation, celle que Charlie était curieusement déjà loin. Je m'explique.
Nous vivons dans un monde d'images, diffusées 24/24 - 7/7. Un monde où une information chasse l'autre à la vitesse d'Internet (sûrement plus rapide que l'éclair, même si physiquement, ce n'est pas le cas).
Un monde où mes garçons ne savent plus s'ennuyer car nous devons toujours être en mouvement, dans l'action. A regarder le futur.

Un monde bien étrange donc pour des individus comme nous, les généalogistes, qui passent la majeure partie de leur temps libre à parcourir de vieux registres, à l'écriture passée et parfois illisibles, pour trouver des informations sur des personnes inconnues et disparues il y a des siècles.
Ou à transcrire quasi religieusement les fiches de nos soldats morts pour la France il y a un siècle.

Tout cela part pourtant du même processus. Notre besoin atavique de Mémoire. L'Homme (celui avec un grand H) "domine" aujourd'hui le monde car il a justement la capacité à se souvenir. Et quand cette première condition est remplie, à ne pas reproduire les erreurs du passé. 

Alors continuons ce devoir de mémoire.
....
....
....
....
Au fait, ce soir, je sors en famille à Paris. Un spectacle d'humour et de magie. Rire et rêver, quel beau programme pour une soirée à Paris en 2015 - @eric_antoine

Mais aussi se souvenir. Toujours. Ne l'oublions pas.


Categories: ,

1 commentaire:

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!