lundi 20 juillet 2015



Le décor est planté, c’est à Pont-Melvez que les événements suivants ont eu lieu. Je vous ai présenté mes 3 sosas qui y ont pris part. Il est temps maintenant de voir ce qu’il s’est passé lors de ces fameuses réjouissances.

Et qui mieux que l’un des protagonistes pour nous en parler. Voici donc la déposition de René LE CHEVOIR, cité comme témoin par François BODIN, Sénéchal de la juridiction de Pont-Melvez et de Palacret.


Réjouissances à Pont-Melvez - AD29 - 2B736

« ....
Escuier René Le Chevoir Sieur de 
goazcaer priseur noble demeurant en
la parroisse de pontmelvez aagé de
quarante neuff ans tesmoin jure
par serment dire vérité purge de
conseil sollicitation parantée et
touttes causes de fabveur suivant
lordonnance et enquis doffice,
dict n’estre parant ny allié debiteur
ny obligé d’auchune alliance spirituelle
desdictz Grimault ny Kergoas mais
bien estre oncle des enfants mineurs
du sieur de launay de sin lict
avecq deffuncte Thyphaine Le bartz
et depose que lundy vingt et

Réjouissances à Pont-Melvez - AD29 - 2B736

"quatrieme jour de juin dernier
feste de Sainct Jan baptiste sur
les quatre a cinq heures de
relleve (?) estant a la grande place
du bourg dudict pontmelvez proche
de la maison de guillaume guegan 
ou il y avait des sonneurs  et
rejouissances , il remarqua au 
hault de la dicte place un
grand amas et tumulte de 
peuple et aussi tost des espees
nues et s’estant approché vist 
Nicollas Geffroy dict Merrer qui
avoit une hache d’arme en la
main de la longueur denviron 
quattre pieds et a costé de
luy a la droicte estoit le nommé
La Viollette L’espée nuee en"

Réjouissances à Pont-Melvez - AD29 - 2B736

main lesquelz poussoint ledict
Kergoas precepteur des enffantz dudict
Grimault qui se deffandoit d’eux
aussi l’espee nue en la main
et vit aussi à l’instant le dict
Le Merer décharger un coup de
la dicte hache de la force de ses
deux bras sur le haut de la 
tete dudit de Kergoas lequel
tomba, se relleva, et retomba encore
ensuite de la viollance des coups
et en appres(?) se retirant ledict
La Viollette continua a l’aide
dudict Le Merer la cedition
leurs armes en main des Moullinetz
et des escarres disantz au fou
ses [?] a diouxtant qu’il remarqua
la compagne dudict Grimault

Réjouissances à Pont-Melvez - AD29 - 2B736

et quelques aultres personnes retire
Icelluy  Grimault et ses enffantz au 
nombre de trois qui pleuroint
incessamant dans la meslé ensemble
ledict Kergoas leur precepteur et
est sa déposition, par lui lue
qu’il affirme véritable et a signe
ainsy signe sur la minutte et
original de la presante enqueste
francois boudin sénéchal, R. Le Chevoir
Goazcaer 
.....»

Je m’excuse par avance pour la transcription. Certains mots me résistent encore et je crains d’avoir fait quelques erreurs sur d’autres. N’hésitez surtout pas à m’en faire part, j’apporterais la correction dans la foulée.

Nous y voyons en tout cas un peu plus clair. Pour ne pas reprendre l’intégralité du texte, je vous propose donc un résumé de ce procès-verbal de blessures, comme il est indiqué en marge de la première page du texte. 

L’action prend place le 24 Juin 1669, jour de la fête de Saint Jan. Une grande assemblée d’habitants s’est réunie sur la grande place du Bourg de Pont-Melvez, pour fêter cette journée.

Sont présents à ces réjouissances:
  • Jacques GRIMAULT (Sosa) et sa famille, au moins son épouse et trois de ses enfants
  • Yves KERGOAS, percepteur des enfants de Jacques GRIMAUD
  • François HERVE (Sosa)
  • René LE CHEVOIR (Sosa) , René CITTE et Guillaume THOMAS, qui seront, tous les trois, interrogés comme témoin par François BODIN, Sénéchal, le 4 juillet suivant, à 10h00 suivant sa convocation.

Les trois témoignages sont concordants et les événements semblent s’être produit dans la chronologie suivante:

Entre 4 et 5 heures de l’après-midi, la fête bat son plein lors de la Saint Jan Baptiste quand arrivent sur la place un groupe d’homme, tous serviteurs du seigneur de Boteillou.
Ce groupe est composé de :
  • Guillaume LE MILLINER, dit la Violette
  • Nicolas GEFFROY dit le Merer
  • Hervé COATANTIEC
  • François ENERGANTER
  • René et Auffret LE BARTZ
  • Marin LE BONTE


Hormis François ENERGANTER qui est jardinier, tous sont laboureurs au service du seigneur de Boteillou.
Ils résident à Pestivien, à l’exception d’Hervé COATANTIEC qui demeure lui à Pont-Melvez.

La Violette et Le Merer sont les plus lourdement armés puisque le premier porte une épée au coté, le second une hache d’arme. Les autres sont armés de lourds bâtons.

Comment a débuté cette bagarre ? Ce n’est pas décrit. Mais à la lecture des différents éléments, il semble que cela soit une expédition punitive, probablement orchestrée par le seigneur de boteillou. Mais sans en connaitre les raisons.
On peut donc logiquement penser que les plaintifs étaient bien ceux qui étaient visés, puisqu’ils ont été les seuls touchés.

Le combat a semble t’il été rapide. Yves KERGOAS a été mis à terre, avec une telle force que beaucoup l’ont cru mort.
Jacques GRIMAULT portait une épée avec laquelle il a défendu sa femme et ses trois enfants.

Comme décrit par René LE CHEVOIR, c’est Yves KERGOAS qui a été le plus durement touché, même si François HERVE a également souffert de cette agression.

Le chirurgien nommé d’office par le sénéchal apporte les conclusions suivantes :   

Yves KERGOAS a une plaie à la tête située sur la partie supérieure du pariétal, au coté gauche.
D’une longueur du travers d’un doigt. Et une contusion de la grandeur du bout d’un doigt sur la partie inférieure.

François HERVE souffre également d’une plaie à la tête sur la partie moyenne de l’os coronal (l’os frontal) sur une longueur de deux pouces.

Ces blessures ont été faites par un objet contondant, tel un bâton, une pierre ou une hache d’arme.
Plaies qui nécessiteront 12 à 14 jours pour « traiter et médicamenter » les deux patients.


Les accusés ont été convoqués par le sénéchal, et ne se sont évidemment pas présentés. 

Je n'ai malheureusement pas les suites de ce procès-verbal. Est ce que les accusés ont finalement comparus devant le sénéchal ? Ont ils été condamnés d'une manière ou d'une autre ?

Il faudra que je fasse un tour aux Archives du Finistère afin de voir si la suite a été archivée.
Pour le moment, je profite de ce document qui m'apporte une tranche de vie un peu particulière pour 3 de mes ancêtres.


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Edit du 31 Aout 2015: Pour ceux qui souhaitent lire la transcription complète, vous pouvez suivre ce lien qui reprend la source complète. Médias et Transcription

Un grand merci à Sophie pour la finalisation (importante) de cette transcription !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Categories: ,

2 commentaires:

  1. Voilà en première lecture ce que j'ai pu trouver en plus de ce que tu as déjà transcrit :
    Page 1 ,ligne 2 peut être "priseur" ligne 7 "touttes causes de fabveur"
    page 2 ligne 7" sonneurs", ligne 11 "tost" (si c'est une transcription, les verbes sont plutôt en oit , estoit, avoit ... même chose page 3 poussoint, ... qui deffandoit
    page 3 cédition = sedition (révolte) avant dernière ligne "adiouxtant"
    page 4 ligne 4" incessamant"

    Très beau texte en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sophie,

      Désolé pour la réponse tardive, mais pas de wifi hier. Me revoici avec un peu de réseau ce matin.
      Merci pour ces corrections. Surtout pour toutes causes de fabveur, car je le retrouve à trois reprises. ce doit être une formule classique pour ce type de document, mais tant qu'on ne l'a pas vu.

      Si tu n'as pas trop de mal à lire ce document, je pense que l'atelier paleo niveau 1 ne te serait pas très utile.

      Je vais tenter de me rappeler de te l'envoyer la semaine prochaine à mon retour.

      Supprimer

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!