lundi 23 juin 2014


Lors des Généalogiques 2013, j'ai eu le plaisir de suivre une intervention de Sylvie LABANSAT sur le thème : "Ecrire l'histoire de vie".
Au cours de cette présentation, Sylvie expliquait à quel point la mémoire humaine était extraordinaire avec sa capacité à ressortir le moindre souvenir des dizaines d'années après l'événement.
Souvenir dont il fallait aussi absolument se méfier, car la mémoire humaine est aussi fortement sélective, en choisissant de retenir telle ou telle information, voire d'en modifier le contenu.

Je souhaite ici vous parler d'un couple de Sosa de ma généalogie, Maurice LE BIVIC et Jeanne GRIMAULT, qui se sont unis à Pont-Melvez en 1734.
Source très intéressante concernant ce couple, une dispense de consanguinité au quart degré datée de la même année. Je vous en livre ci-dessous la transcription:

"L'an 1734, le 23ème jour de juillet par devans nous Yves LE BEAUDOUR (?), docteur en théologie et officier de Treguier, commissaire apostolique, se sont présentés Maurice LE BIVIC et Janne GRIMAULT, porteur d'une bulle de dispense d'empéchement de mariage au quart degré de consanguinité vis à vis accordé par notre saint père le Pape Clément Douze expédié ... majeure de ... aux Ides du mois de Juin dernier l'an quatriéme du pontificat de notre Saint Père, par laquelle bulle sa Sainteté nous donne commission d'informer de la dispense d'empéchement ... contenu en la supplique et si par l'information déposé se trouve....

En l'endrois se sont volontairement présenté Jacques ALLAIN, agé de quarante six ans et Guillaume GUEGAN, agé de vingt et un ans, marchands ménagers demeurant séparément (?) en la paroisse de Pont Melvez témoins jurés par ? la main levée de dire vérité déposent unanimement François LE BIVIC et Janne GRIMAULT  et estre certains ? sous parenté du quart degré de consanguinité vis à vis parestre le dis Maurice LE BIVIC, fils de Mathieu et d'Anne THOS, Mathieu fils de Jacques LE BIVIC et de Marie LE MAGOAROU, Marie fille de Mathieu LE MAGOAROU et de Magedelenne LE DEMOR, Mathieu, fils de Jacques LE MAGOAROU
et la dite Janne GRIMAULT, par estre fille de René Jan GRIMAULT et d'Anne LE HENAFF, René Jan fils de Jacques GRIMAULT et de Marie GUEGAN, Marie, fille d'Yves GUEGAN et de Janne LE MAGOAROU, Janne fille de Jacques LE MAGOAROU qui soeur estois de Mathieu et qu'ils affirment véritable et ons signé
"

Document très intéressant pour le généalogiste puisque sur un même document, nous y trouvons 4 générations d'individus.
On découvre ainsi la relation entre Mathieu (père de Maurice, l'époux) et Magedelenne LE DEMOR qui est donc sa grand-mère maternelle. Notez bien ce point qui va nous intéresser plus tard.

Mathieu (ou Mathias) LE BIVIC est né le 20 Octobre 1680, toujours à Pont-Melvez, du couple Jacques LE BIVIC et Marie LE MAGOAROU.

Naissance Mathias LE BIVIC - AD22 - 1E dépôt 161

Sur un prisage daté de 1663, on trouve la descendance de Pierre LE BIVIC, notamment avec sa seconde épouse, Magdeleine LE DEMOR, et d'où son fils Jacques.

Magdeleine LE DEMOR décède à Pont-Melvez en 1671. Y est témoin son fils Jacques.

Si vous me suivez bien, cette Magdeleine LE DEMOR est donc la mère du père de Mathias/Mathieu: en résumé sa grand-mère paternelle.

Je me retrouve alors avec deux Magdelaine LE DEMOR, qui serait à la fois la grand-mère maternelle et paternelle du même Mathias.

Trois options s'offrent à nous:
- Une homonymie
- Un implexe
- Une troisième possibilité

Évacuons tout de suite la première option. Je dispose du gedcom de la commune de Pont-Melvez, le patronyme LE DEMOR (LE DEMOUR) n'y est cité qu'une fois pour Magdeleine. Les bases des cercles généalogiques locaux n'apportent aucune autre information sur Pont-Melvez et les communes limitrophes. La chance de tomber sur deux Magdeleine LE DEMOR, à la même période, mariées à deux hommes dont les enfants se marieront semble très faible.

Un implexe ? Cela voudrait dire que Magdeleine aurait épousé successivement Pierre LE BEVIC et Mathieu LE MAGOAROU. Je n'ai trouvé nulle trace du mariage entre Magdeleine et Mathieu LE MAGOAROU. La seule information de cette union est donnée par la dispense.

Nous reste donc la troisième option: l'erreur humaine qui va faire écho à mon introduction.

La dispense date de 1734.
Magdeleine LE DEMOR est décédée 63 ans avant en 1671.
Mathias LE BIVIC est décédé lui en 1726, 8 ans avant l'union de son fils.

Maurice n'a donc pu faire appel qu'à sa mémoire et celle de ses témoins. Preuve bien faible et qui ne semble pas résister au croisement d'autre source. Magdeleine LE DEMOR est bien son arrière grand-mère, mais pas par la branche qu'il aura décrite.

Je tiens à grandement remercier Loic CHERMAT (je l'ai déjà fait sur d'autres billets) qui a soulevé ce lièvre sur une liste Yahoo. Car, comme d'autres généalogistes partageant ce couple, j'avais repris in extenso cette ascendance.

Une preuve est nouvelle fois donnée qu'il faut toujours (si l'on en a la possibilité) croiser ses sources car la mémoire des hommes est malheureusement trompeuse.



5 commentaires:

  1. Bonjour Jimbo,

    Auprès de qui as-tu fait la demande pour avoir la dispense ?
    Cela m’intéresserais pour compléter les informations que j'ai sur cette branche et aussi pour compléter pour la seconde fois mon article sur l'implexe :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Yann,

      Les demandes sont disponibles en série G. Par exemple, la dispense dont je parle ici est cotée 2G 88.
      En l’occurrence, ce sont de bonnes âmes qui m'ont envoyés des photographies faites aux Archives.

      Ce lien pourrait t’intéresser sur le 22: http://jy.laigre.pagesperso-orange.fr/bon_htm/g_bon_actes.htm

      Tu as la même branche que moi ? Si oui, envoie moi un mail et je t'enverrais les documents à ma disposition.

      Supprimer
    2. Bonsoir,

      Non pas de branches en commun, enfin il me semble. Je regarderais le lien que tu m'as donné. Je verrais si j'y trouve une petite perle :)

      Bonne soirée

      Supprimer
  2. Très intéressant. Merci pour cet article qui démontre bien à quel point il est important de toujours réfléchir aux circonstances dans lesquelles a été écrit un document, afin de mesurer la fiabilité des informations qu'il contient.
    Merci pour le partage !
    Elise
    PS : je crois qu'il y a une erreur, au dessus de l'acte de naissance de Mathieu LE BIVIC, tu as mis qu'il était le fils de Jacques et d'Anne THOS, alors qu'il s'agit de Marie LE MAGOAROU dans l'acte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups, je me suis moi aussi emmêlé les pinceaux.

      C'est corrigé.

      Supprimer

Subscribe to RSS Feed Follow me on Twitter!